Avoir des collègues heureux

Il est important de bien nourrir ses collègues, ça leur donne le poil brillant.

Gâteau courge butternut / épices

Pour en faire plein (genre une belle plaque de four 30 cms sur 40):

On fait rôtir 600g de courge butternut (une demi courge conséquente) que l’on va pulser au blender.

En attendant on bat 150g de beurre fondu avec 200g de sucre brun. On ajoutera par la suite 3 oeufs avant d’incorporer la purée de courge et des épices à volonté (genre 2 cuillères à café d’anis, de cardamone, de muscade et une seule de poivre long). Personellement j’ai remis tout ça au blender pour avoir un appareil bien homogène.

Il ne reste plus qu’à rajouter une grosse poignée de noisettes, puis 300g de farine tamisée mélangée à un sachet de poudre à lever (sans phosphates, soyez mignons) et à enfourner à 180 pour une trentaine de minutes.

Pour finir, passer au pinceau un sirop de sucre au sortir du four.

Gâteau ananas / coco

Là c’est un peu plus compliqué. Ca fait fort longtemps pour celui-ci et les quantités sont extrêmement à la louche. De plus je n’étais pas forcément content de la tenue de la chose qui manquait probablement de farine.

C’était bon hein, juste à servir ce n’est pas très pratique.

Prenons deux tiers d’un ananas frais que l’on passe au blender avec 2 tiers d’une boite de lait de coco.

On rajoute 50g de beurre, deux grosses cuillères à soupe d’huile de coco, 150g de sucre brun et 4 oeufs, et on pulse encore tout ça au blender.

Une fois le tout transféré dans un bol idoine j’ai incorporé 75g de farine de coco et 25g de farine de blé, et là j’aurais dû en mettre plus. Ah, une grosse poignée de noix de coco rapée est sympa aussi.

La consistance du gâteau se rapproche d’un gâteau de millet, très humide avec toutes ces fibres d’ananas gorgées de sucs. D’ailleurs ces fibres rendent probablement la structure assez instable vu qu’elles ont un certain poids que la farine n’arrive pas à soutenir convenablement d’où les problèmes lors du service.

Bref, on dispose de belles tranches d’ananas au fond d’un moule, on recouvre avec l’appareil, on remet des tranches par dessus et on enfourne à 180° pour…une durée indeterminée !

J’ai bien dû cuire la chose pendant une bonne heure avant que la pointe de mon couteau en ressorte sêche. Ca passait son temps à se moquer de moi en faisant des bulles qui ne sont pas forcément l’apanage du gâteau cuit, mais à force de patience elles ont disparu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *